Le départ des Français habitant l’Ajoie

Le 2 août 1914, la mobilisation générale est décrétée en France. Dans son journal, Thérèse Frôté note: « A 6 heures trois quarts, départ des Français de Porrentruy pour Belfort. Une foule émue les accompagne ». Ainsi, les familles voient partir au combat un père, un fils, un frère… et souvent sans espoir de retour! (source: La Grande Guerre aux frontières MHDP)

Tous les Français nés en France et habitant en Suisse ou tous les Français nés et habitant en Suisse doivent mobiliser (source: archives le Démocrate 1914, Delémont)
Caserne de Belfort (source: archives départementales Belfort)
Quartier Gérard 11e Régiment de Dragons (source: archives départementales Belfort)
Joseph Roth en 1914 au terme de son école « Militaire » (photo: coll. Roth)

Diplôme en poche, Joseph Roth – 1893 – citoyen français établi avec sa famille à Porrentruy, à la rue des Planchettes, a suivi durant deux années les cours à l’Ecole d’agriculture au château de Porrentruy et vient aussi de terminer son « Ecole militaire » qu’il a accomplie de juin 1913 à juin 1914, à la caserne de Belfort. Quelque six semaines passées en famille et c’est l’appel sous les drapeaux. Il rejoint son corps d’affectation à Belfort, le 11e régiment de dragons.

Les parents ont l’occasion de revoir Joseph une première fois en 1915, à Delle et une deuxième fois en cachette. Joseph se trouve à la frontière, à Montancy, à une douzaine de kilomètres de Porrentruy. On est en 1916. De nuit, les parents lui apportent des habits civils. Pour une nuit et un jour, il a hâte de revoir sa maison, son quartier, son verger qu’il chérissait tant… hélas pour ne plus jamais revoir Porrentruy. Il décède à Tahure, près de Verdun, le 25 septembre 1916.

La rue des Planchettes « Adieu vieille maison »

Son petit frère Abel, alors âgé de six ans en 1916 se souvenait et racontait: « Je me rappelle, il s’est retourné, a fait signe à toute la famille et s’est exclamé: « Adieu, vieille maison ». (source: famille Roth)

Et la parenté en France?

Joseph Klopfenstein équipé pour combattre en Orient (photo coll. Roth)

Pendant ce mois d’août, Joseph Klopfenstein, de Fesche-l’Eglise – un frère de Catherine Roth – est aussi appelé sous les drapeaux. Il racontait: « Nous avons enwagonné nos chevaux à Delle, un voyage programmé jusqu’à Gênes. Puis embarquement sur un bateau jusque dans les Dardanelles.

Il en est revenu. A son retour, son épouse reposait au cimetière du village depuis 1915, décédée à l’âge de 35 ans. (source: famille Roth)

Joseph et Marie son épouse qu’il ne reverra plus jamais (photo coll. Roth)
Joseph et Catherine Roth ne reverront plus leur fils Joseph (photo coll. Roth)
Des nonagénaires dans les années 1960, Catherine Roth et son frère Joseph Klopfenstein ont traversé deux guerres 1914-1918 et 1939-1945 (photos coll. Roth)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *