Dr Pierre Bucher, l’Académie de Réchésy – l’impératrice Eugénie en 1870

Leurs points communs

Tous deux furent d’ardents défenseurs de l’appartenance de l’Alsace et de la Lorraine à la France pendant la période allemande. L’un et l’autre ont eu des contacts avec Georges Clémenceau, et ont vécu le rattachement de ces territoires à la France en 1918.

Eugénie de Montijo naît le 5 mai 1826, à Grenade (Espagne) et décède le 11 juillet 1920, à Madrid, à l’âge de 94 ans
Pierre Bucher naît le 10 août 1869, à Güebwiler et décède le 15 février 1921, à Strasbourg, à 52 ans

Georges Clémenceau au Largin

Le 11 février 1918, Georges Clémenceau, en personne, vint saluer les deux observateurs français, en prévision de la grande offensive allemande du printemps 1918, qui faillit effectivement apporter la victoire finale aux Impériaux. Le chef du gouvernement français voulut aller encourager les poilus sur l’ensemble du front. C’est ainsi qu’il vint dans le Sungau et le Territoire de Belfort. (Source: CSV no 12-2017)

Napoléon III, né en 1808

Le 30 janvier 1853, mariage civil et religieux à la cathédrale Notre Dame de Paris, de Napoléon III et d’Eugénie de Montijo, de Grenade (Espagne). Louis Bonaparte est le fils du roi de Hollande Louis et d’Hortense de Beauharnais, fille de l’impératrice Joséphine.

Sedan est tombé

Le 19 juillet 1870, déclenchement de la guerre franco-prussienne, alors que Napoléon III rejoint Paris pour prendre le commandement de l’armée, l’impératrice Eugénie se voit confier la régence. Dans l’après-midi du 2 septembre: une missive, Sedan est tombé. Eugénie humiliée et meurtrie, accusée d’être la seule coupable du conflit franco-prussien. C’est le début de l’exil. (Source: Revue du Souvenir Napoléonien No 51)

Lorraine, Basse et Haute Alsace, font dès lors partie de l’Empire allemand en 1871, puis réintègrent la France en 1919, de nouveau provinces allemandes en 1940, pour redevenir françaises en 1945 (carte Wikipedia)

En octobre 1870, un courrier adressé au roi de Prusse Guillaume, par l’ex-impératrice des Français Eugénie, tente de le dissuader d’annexer l’Alsace et la Lorraine. En réponse, le souverain allemand explique que sa décision est irrévocable en précisant que l’Allemagne veut être assurée que la prochaine guerre trouvera une meilleure préparation, les deux provinces annexées serviront de glacis pour protéger l’Allemagne.

Quarante-huit ans

après, lors des négociations de paix, la restitution de l’Alsace et de la Lorraine n’apparaît pas comme une évidence pour les Etats-Unis et l’Angleterre, mais les considèrent comme une terre allemande. Georges Clémenceau ne l’entend pas de cette oreille et ne cède pas, mais produit la correspondance entre Eugénie et le roi de Prusse, Guillaume. La France obtient gain de cause. Au lendemain de la signature du traité de Versailles, un officier supérieur annonce à la veuve de Napoléon III:

“Madame, Sedan est vengé”

La grande Guerre

Lorsqu’en 1914, la guerre éclata Eugénie n’est pas surprise. Ce conflit, elle le prévoyait, mais elle avait foi dans les armées françaises et souhaitait ardemment la revanche de la guerre de 1870.

Maintenant je peux partir

Au soir de sa vie Eugénie déclara: “L’Armistice aura été le premier jour au Paradis, la France n’aura plus rien à me reprocher” (Source: Revue du Souvenir Napoléonien)

Arenenberg, son château

Franz Liszt, Alexandre Dumas, Chateaubriand ont séjourné à Arenenberg (Source Labhards)

devient le centre du bonapartisme. La famille est en exil, – mais accueillie par le canton de Thurgovie – y séjourne en été. Bien sûr, ces allées et venues sont surveillées en particulier par la police française, mais la population locale protège ses voisins impériaux et surtout en grande discrétion.

Napoléon III décède en 1873, le Prince impérial âgé de 23 ans est sauvagement assassiné en Afrique du Sud, par les Zoulous en 1879. Le 18 juin 1900, Eugénie se rend pour la dernière fois au Château d’Arenenberg. Le 7 mai 1906, deux jours après son 80e anniversaire, on règle en sa présence les détails de la donation de ses biens. Dorénavant les propriétaires – le canton de Thurgovie – sont enregistrés au cadastre de Salenstein, commune qui avait si bien hébergé la famille impériale. Dès lors, le musée Napoléon et l’Ecole hivernale d’agriculture reprennent ensemble la tradition de la dynastie impériale française. (Source: Christina Egli, (“une impératrice française enrichit un canton suisse”)

Réchésy, de 1914-1918, lieu de rencontre d’écrivains, poètes, journalistes (source: coll. privée)
Trois bornes non loin de Beurnevésin (coll. privée)

En 1890, on planta la dernière borne de la frontière franco-allemande à Pfetterhouse: la fameuse borne des trois puissances. Cette dernière marque le point précis où se rencontraient de 1870 à 1918, les frontières de 3 pays: la France, l’Allemagne et la Suisse. La plus petite définissait la frontière entre la France et l’Allemagne, et quant à la troisième ce n’est qu’une base de borne cassée datant de l’époque des Habsbourg. (Source: amitié sans frontière)

Hymne à l’amour, un classique de la chanson française, une musique de Marguerite Monnot, inspirée de la composition de Robert Schumann, en 1856 “Nuit de printemps”, mouvement romantique dans une Europe en pleine mutation. (avec l’aimable autorisation de Warner classics)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *