Général Henri Guisan

Fils et petit-fils de médecin de campagne, Henri Guisan naît le 21 octobre 1874, à Mézières

Sa généalogie

Généalogie réalisée par Olivier Authier (Source: geneanet.org)

Ses études

Ecoles à Mézières, Collège à Lausanne, Gymnase à Lausanne, Université à Lausanne (médecine, théologie, agronomie)

Puis à Zofingue

Une institution fondée en 1819 et qui a pour mot d’ordre le partage (photo: Centre Général Guisan, Th. Christinat, intendant)

Une école de recrues à Bière en 1894

et en 1897 épouse Mary Doelker, née en 1875

avec son premier enfant Henry, né en 1899 (photo: Centre Général Guisan, Th. Christinat)

Sa vie militaire

grade de premier-lieutenant dans l’artillerie, il porte l’aiguillette d’adjudant de groupe entre 1898 et 1903 (photo: Centre Général Guisan, Th. Christinat)
grade de major dans l’infanterie, il commande le bataillon de fusiliers 24 (photo: Centre Général Guisan, Th. Christinat)

De 1914 à 1939

Le bataillon 24

En août 1914, le Vaudois Henri Guisan commande le bataillon de fusiliers 24, formé d’Ajoulots qu’on appelle le “bataillon de la goutte”. Chef sévère, mais réaliste, il lutte contre l’alcoolisme. (voir catégorie anecdotes)

Mais quoi, c’est qui ce major vaudois, il n’y a plus d’officiers jurassiens pour nous commander ? (Source Djasans)

1916: Lieutenant-colonel, il visite les tranchées françaises, il fait la connaissance de Pétain

1919: son bataillon est en service d’ordre à Zurich, suite à la grève générale

1926: il est nommé divisionnaire

1932: nommé commandant du corps 2, suisse-alémanique

1933: nommé commandant de corps 1, bilingue

1934: assiste à des manœuvres italiennes, fait la connaissance de Mussolini

1939: nommé général le 30 août (Source: Archives fédérales)

général le 30 août 1939 (Source: notre Histoire)

Ses effectifs

Son état-major personnel est composé de 95 membres

4 véhicules

16 chevaux

2 trains de commandement (Source: Centre Général Guisan)

La propriété

La villa Verte Rive (photo: notre Histoire)

fut édifiée entre 1867 et 1874 par Christ-Charles Doelker, négociant en blé, père de Mary, future épouse d’Henri Guisan.

Ce domaine était destiné à l’habitat et à l’exploitation agro-viticole.

La demeure est flanquée de 2 pavillons.

Les chevaux d’Henri Guisan étaient installés dans le pavillon est, alors que les étables occupaient l’annexe ouest.

Jeune officier, Henri s’y installa en 1902 avec sa famille, il y resta jusqu’à son décès en 1960.

Son fils, le colonel Henry Guisan, accompagnera sa mère Mary jusqu’à son décès en 1964, lui-même, détenant un droit de résidence, décédait en 1990.

En 1971, Verte Rive devient propriété de la Confédération. Le 22 janvier 1975 la SVO (Société vaudoise des officiers) en prendra officiellement possession. (Source: Centre Général Guisan)

Chez le Général Guisan

21 avril 1953 (photo notre Histoire)

Les funérailles du Général Guisan le 12 avril 1960

Quelque 300’000 personnes s’étaient rassemblées pour suivre les obsèques (photo notre Histoire)
La gendarmerie vaudoise (photo: notre Histoire)

Au revoir mon Général

Sa dernière demeure au cimetière de Pully (photo: notre Histoire)
Wolfgang Amadeus Mozart Concerto pour piano et orchestre no 21, K467 2e mouvement (Source YouTube)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *